•  

    Mais ne va-t-elle jamais me laisser tranquille ? Elle est là, à côté de moi, toutes les nuits depuis bientôt une semaine. Est-ce qu'elle veut que je la tue ? Ah non, c'est vrai. Elle veut que je l'aime. Mais au lieu de ça elle me rend folle. J'ai envie de lui sauter au cou et de l'étrangler à chaque fois que je la vois mais je n'ai pas la force de bouger. J'essaie, tous les jours, mais j'arrive seulement à bouger le bras. D'ailleurs, en parlant du loup, la voilà...Elle entre dans la pièce, tout sourire. Bon sang que j'ai envie de lui décoller son sourire de son visage. Je me contente de la fixer d'un air meurtrier. Elle s'assoit à côté de moi. Et elle attend. Comme toujours. Elle me regarde, je l'ignore, et elle reste là jusqu'à ce que le gardien arrive. J'en ai marre ! Nom de dieu quand est-ce qu'elle va comprendre que je ne veux pas l'aimer ?!

     

     

     

    ¤¤¤

     

     

     

    Toy Bonnie sort une nouvelle fois de la salle où est Bonnie en voyant qu'il est minuit. «Décidément, Bonn' est vraiment bornée !» pensa en soupirant la lapine bleue. Freddy surgit devant elle qui sursaute.

     

    «Alors ? Demande l'animatronic.

     

    - Toujours pas.»

     

    Freddy soupire. Plus bornée que Bonnie..Y a Foxy ou elle-même. Toy Bonnie s'éloigne pour aller faire peur au gardien, pensant à un moyen de convaincre sa sœur de l'aimer. Elle sourit. «Bonn' va fondre, c'est certain !» Elle s'arrête en entendant un cri. Zut, Foxy l'avait doublé. Encore un gardien qui ne dure pas longtemps ! De toute façon, ils finissent toujours par se faire avoir. «Et bah, autant aller voir ma sister en attendant que le restaurant ouvre ~ !» Elle traverse la Party Room 2 en prenant sa guitare. L'animatronic passe plusieurs salles, saluant Balloon Boy qui lui répond de son «Hello !» habituel, discutant un peu avec Puppet et Chica, avant d'arriver à la salle où reste cloîtrée une certaine lapine mauve. «Et c'est parti pour la tentative n°2 !» pensa-t-elle en ouvrant la porte et en pénétrant dans la pièce.

     

     

     

    ¤¤¤

     

    La porte s'ouvre sur le même animatronic que d'habitude. Qu'est-ce qu'elle fiche ici elle ? Elle n'a pas un gardien à effrayer ? D'ailleurs, quel heure il est ? Plus de minuit, en tout cas. Je la détaille. Elle tient à la main une guitare rouge. Tss...

     

    Elle s'approche de moi en me souriant. Je la fixe sans aucune réaction apparente et pourtant je suis folle de rage. Elle pose la guitare contre le mur et s'assoit à côté de moi, tellement près que nos épaules se touchent. Je reste de glace. Elle me regarde, semblant réfléchir, non, plutôt hésiter. Hésiter ? Elle hésite à quoi ? Toy Bonnie tourne le haut de son corps vers moi, ayant l'air de s'être décidée. «Qu'est-ce qu'elle va...?» Ma remplaçante coupe court à mes pensées lorsqu'elle ouvre les bras et se penche vers moi pour...me prendre dans ses bras ? Je reste figée, très surprise par ce geste. Je n'arrive pas à avoir deux pensées cohérentes de suite. Qu'est-ce que je dois faire ? La repousser ? Lui rendre son étreinte ? Je suis confuse et Toy Bonnie n'a pas l'air de vouloir bouger. Toute ma rage de ces dernières semaines vient d'être anéantie, seulement à l'aide d'un câlin. Alors, hésitante, je lève mon bras et rend son étreinte à la lapine bleue qui, elle, affiche un sourire victorieux que je ne peux voir.

     


    13 commentaires
  •  

    Toy Bonnie avait passé une longue journée. Elle n'avait pas arrêté de penser à sa future rencontre avec Bonnie. De toute façon, personne n'avait pu lui résister, alors celle qu'elle considère comme une grande sœur ne pourra pas non plus ! Toy Bonnie sourit.

     

    «Pourquoi tu souris Toy Bonn' ?» lui demande Toy Chica.

     

    La lapine bleue la regarde et répondit d'un ton joyeux : «Se-cret ~ !-

    - Mais je veux savoir !» Proteste son interlocutrice.

     

    Toy Bonnie rit et descend de la scène, la pizzeria étant déserte de tout être humain. «Toy Bonn' ! Dis-moiiii !» insiste Toy Chica en descendant à son tour, sous les yeux amusés de Toy Freddy.

     

    Toy Bonnie ignore sa collègue qui l'harcèle pour savoir et pose sa guitare avant de déclarer, légèrement agacée par l'insistance de son amie : «De toute façon, j'dirai rien, c'est entre la vieille Freddy et moi !»

     

    Toy Freddy rit. «Freddy risque de ne pas être contente en sachant que tu la traites de vieille ~ !» Toy Bonnie hausse les épaules et quitte la pièce en fredonnant l'air de la pizzeria. Toy Chica soupire, déçue de ne rien savoir. Quant à la lapine bleue, elle sourit. «Je vais aller conquérir le cœur de ma sister ~ !» pensa-t-elle joyeusement en se dirigeant vers la seule pièce où elle n'avait jamais mis les pieds.

     

     

     

    ¤¤¤

     

     

     

    Je vais devenir folle. Oui, complètement folle ! Je n'en peux plus de cette pièce, je n'en peux plus de ces murs, ces dessins, de cette satanée pizzeria, ! Je vais péter un câble ! Même plusieurs ! D'ailleurs, je ne peux pas croire que Freddy et les autres aient pu se laisser berner...Ils veulent gagner notre confiance pour me nous détruire...N'est-ce pas ?

     

    Bon sang, j'étais heureuse il y a quelques heures et pourtant...Me voilà retombée dans la tristesse...Cette pièce doit être maudite !

     

    Je sursaute. Quelqu'un vient d'ouvrir la porte. Je n'ai pas la tête vers la porte – je n'ai d'ailleurs aucune envie de la bouger – et pourtant je sais que ce n'est ni Freddy, ni Chica, ni Foxy. La façon d'ouvrir la porte, de marcher, les bruits mécaniques...C'est un des nouveaux animatronics. La rage commence à s'emparer de moi. Les bruits mécaniques s'approchent. Ils sont à 3 mètres. 2 mètres. 1 mètre. Je tourne la tête vers le nouveau venu. Un lapin bleu avec du blanc sur le ventre et le museau ainsi qu'autour des yeux, des joues rouges et des yeux verts. Toy Bonnie. La rage qui monte en moi devient peu à peu meurtrière. Ma remplaçante me regarde.

     

    «Salut Bonnie.» Je me contente de la fixer d'un air menaçant. Elle ne bouge pas, pas le moins intimidée, ce qui m'énerve encore plus. Elle s'approche encore. J'essaie de me redresser, en vain. Elle me regarde d'un air triste. «Écoutes, Bonnie... Je sais que tu me détestes. Et je comprends en partie...Sauf que j'ai pas choisi. C'est pas ma faute, ni à moi ni aux autres «nouveaux», si les gérants ont décidé de vous remplacer. J'aimerais que tu comprennes qu'on est pas des animatronics fourbes qui cherchent à tout pris à te détruire. Moi, tout ce que je veux c'est..

     

    - La ferme.»

     

    Toy Bonnie arrête de parler, surprise par mes deux mots. Elle me regarde puis soupire. «Je savais que tu réagirais comme ça et que tu me croirais pas.» Elle s'assoit à mes côtés.

     

    «Mais je ne partirais pas et reviendrais toutes les nuits jusqu'à ce que tu m'aimes ~ !"

     

     

     


    19 commentaires
  •  

    D'où je suis, j'entends le brouhaha qu'il y a dans les salles principales. Des enfants qui crient et jouent, des adultes qui discutent ou les disputent, des voix d'animatronics, une guitare. MA guitare. Elle me l'a volé. (#Gollum *sors*) Freddy ou Chica me diraient encore que ce n'est pas sa faute. Avec eux, ce n'est jamais sa faute ! Le bruit s'atténue tandis que je peste seule dans cette pièce. Ils vont bientôt fermé. Le gardien va arriver, il va se faire tuer, Freddy, Foxy ou Chica essayera de me faire sortir et je refuserai. C'est toujours la même chose. Toujours. J'en ai marre. Marre !

     

     

     

    J'entends quelqu'un s'arrêter devant la salle.

     

    «Wouaaah ! Pourquoi on a pas le droit de venir par ici ?

     

    -Aucune idée, mais je pense qu'il y a une bonne raison.»

     

    Des enfants ? Que font-il ici...?

     

    «Charlie ! Allez, viens, on entre, on entre ! Dit une voix de petit garçon.

     

    • Victor, on devrait retourner auprès des autres. C'est l'anniversaire de Yasmine, on va pas le gâcher à se faire chopper dans des endroits interdits de la pizzeria... Répond d'un air réprobateur une voix féminine.

    • T'es pas drôleuh ! Allez ! Ca s'trouve, y a un trésor ! Le trésor de Foxy le pirate !

     

    • Foxy était dans l'autre pizzeria Vic'. Et cette pizzeria a fermé.»

     

    Tiens ? Ils connaissent Foxy ? Ils sont déjà venus dans notre pizzeria d'avant ? Je fixe la porte, la poignet est baissée, le petit garçon doit certainement appuyé dessus. «Victor ! Non ! Arrêtes !»

     

    La porte s'ouvre. Un petit roux entre dans la pièce. Ça doit être le dénommé «Victor». Il fait sombre, il ne m'a pas remarqué. Une jeune fille d'à peu près 12 ans entre en appelant ce qui semble être son frère. Sûrement Charlie. Le petit avance et me voit. Il sursaute et pousse un petit cri, reculant de quelques pas. Bien sûr. Je dois être terrifiante ainsi. Il me fixe tandis que Charlie avance en lui demandant ce qu'il se passe avant de me voir. Elle sursaute mais ne recule pas, elle se contente simplement de froncer les sourcils.

     

    «Attends mais...c'est...Bonnie ?» lâche la rousse.

     

    Elle m'a reconnu ?

     

    «C-Charlie...Il lui ai arrivé quoi ?» demande Victor en s'approchant de moi.

     

    Charlie lui dit de faire attention, remarque idiote car je ne ferais jamais de mal à un enfant. Mais vu mon état, c'est plutôt normal qu'elle dise ça.

     

    Le petit s'assoit devant moi et me regarde dans les yeux – enfin, les deux points rouges qui me servent d'yeux.

     

    «Bonnie ?» Ne me voyant pas répondre, il me regarde attentivement puis continue : «Si tu m'entends, bouge la main, Bonnie.» Je fixe le gamin en face de moi. Je ne me pense pas capable de faire ce geste mais je suis tellement heureuse de voir un enfant que je me force. Mes doigts bougent légèrement. Victor sourit de toutes ses dents. « Charlie ! Elle nous entend ! Viens ! Viens !» Charlie s'approche prudemment. Je tourne avec peine la tête vers elle. «Mon dieu...Il t'est arrivé quoi, Bonn' ?» murmure Charlie en s'asseyant à côté de son frère. Je n'ai pas envie de les effrayer donc je me tais. Victor me regarde et approche sa main de ma main – ma seule main. Je le laisse glisser ses doigts entre les miens. J'aurais pu sourire, je l'aurais fait. Je serre les doigts de l'enfant sans lui faire mal. Il sourit.

     

    «Victor, on doit y aller.» Le petit garçon regarde sa sœur en protestant : «On peut pas la laisser toute seule !

     

    - Je voudrais rester aussi mais ils vont s’inquiéter. Et qui sait ce qu'ils feront s'ils nous retrouvent avec Bonnie ?»

     

    Je desserre ma prise sur sa main et il me lâche à contre-coeur. «Bonn', dès qu'on peut venir te voir, on vient ! Promis !»

     

    Ils sortent, me laissant seule mais, pour la première fois depuis que je suis ici, heureuse.

     


    9 commentaires
  •  

    Freddy avance dans la pizzeria vide, étant donné qu'il est 23 heures. Elle est furieuse. Elle ne supporte pas de voir Bonnie dans cet état, et cette dernière refuse de se sortir de cette...cette dépression. L'ancienne chef de la bande ignorait que un animatronic pouvait déprimer. C'était réservé aux humains ça, non ? Peu importe. Freddy sait qu'elle ne réussira pas à «réveiller» sa collègue sans de l'aide. Donc elle demanderait de l'aide aux petits nouveaux. Spécialement une en particulier. Elle croise Mangle et la salue. «Tu sais où est Toy Bonnie ?» Mangle secoue négativement ses deux têtes. «Je vois. Merci quand même.» Freddy traverse la pièce principale de la pizzeria et regarde l'heure. Bientôt minuit. Elle rejoint une autre pièce. Tiens donc. Toy Freddy. Elle s'avance pour discuter avec sa remplaçante. Puis, une fois que le gardien de nuit est là, elle le quitte. Elle sait où est Toy Bonnie lorsque le gardien vient d'arriver. Freddy entre dans la Party Room 3. Il fait sombre dans un coin de la pièce. «Toy Bonnie ?» appelle l'ancienne patronne en avançant. Deux oreilles puis une silhouette se dessine dans l'obscurité. «Salut Freddy !» répond la lapine bleue en face de ladite Freddy. «Ça s'est encore mal passé avec Bonnie ? On t'a entendu crier dans toute la pizzeria.» continue-t-elle en posant une guitare rouge contre le mur. Freddy soupire. «Oui. Elle refuse toujours obstinément de bouger.» L'ours fait une pause avant de reprendre : «Par contre, elle a parlé.» Toy Bonnie le regarde, étonnée. «Elle a parlé ? Elle a dit quoi ?

    -Elle a dit qu'elle se fichait que les gérants la jettent...Et qu'elle ne voulait pas vous voir.»

     

    La lapine bleue semble attristée. «Pourquoi elle veut pas ? On a rien fait...» Elle baisse la tête et Freddy s'approche pour poser une main sur son épaule avant de parler :

     

    «Écoutes, Toy Bonn', elle est persuadée que c'est votre faute. Elle digère mal d'être remplacée. Je sais que tu es la meilleure personne pour t'occuper des enfants à sa place mais elle non.»

     

    La remplaçante de Bonnie relève la tête et regarde Freddy qui reprend :

     

    «Je veux que tu lui ouvres les yeux.»

     

    Toy Bonnie hausse un sourcil interrogatif.

     

    «Comment ?

    - Vas lui parler.

    - T'es sérieuse ? Elle me broiera le tête dés qu'elle me verra.

    - Elle n'a pas bouger depuis des semaines, quasi un mois. Le temps qu'elle se lève tu auras le temps de partir. Et je vais rester dans le coin. 

    - Bon. Je passe la voir dés qu'on a tué le gardien ou demain soir si le gars est toujours en vie.»

     

    Toy Bonnie sourit à Freddy puis partit. Freddy sourit. «Voilà une bonne chose de faite !» pensa l'animatronic avant de partir en direction du bureau du gardien.

     


    22 commentaires
  •  

    Je fixe sans le voir le mur de cette pièce dans laquelle je suis depuis des jours, avachie par terre. Je hais cette pièce. Je hais ces murs remplis de dessins des enfants. Il n'y a aucune touche de violet. Pas de violet. Que du bleu. Uniquement du bleu. Je décide de me lever pour aller voir Chica. Nous sommes restées dans les mêmes pièces tous les 4. On ne veut pas voir nos remplaçants. Surtout moi. Comme elle s'appelle déjà ? Ah, oui, Toy Bonnie. «Toy» parce qu'elle fait plus mignonne pour les enfants. Tss. Les enfants nous adoraient ! Chica me dit de me calmer. Ah, oui, je viens de briser un tuyau. Oh et puis j'en ai rien à carrer ! Alors que j'étais encore en train de rager toute seule tandis que Chica me regardait, on entend des voix et des bruits de pas. Les employés. Je retourne à ma place initiale. Ils entrent. Ils disent qu'il manque une pièce à un animatronic. Je les vois s'approcher. Me dites pas que...

     

    «Tiens, salut Bonnie. Dis donc, tu te fais vieille !» fais un employé d'une vingtaine d'année en s'accroupissant devant moi.

     

    Je t'emm*rde. Tu vas voir si je me fais vieille quand je vais te broyer la gorge. Le collègue du jeune dépose une boîte à outils et l'ouvre. Il sort divers outils. Le jeune me sourit : «C'est bien aimable à toi d'offrir des pièces à tes remplaçants, mon lapin !»

     

     

     

    ¤¤¤

     

     

     

    Pitoyable. C'est le mot pour me décrire. Je suis abîmée et il me manque certaines parties de mon endosquelette. Comme Freddy et les deux autres. Sauf que moi, je reste dans cette même pièce sans bouger ni parler. Lorsque l'une de mes anciennes collègues vient me voir, elle se heurte à un costume vide. Un endosquelette désactivé. Les autres ont rejoint les nouveaux pour effrayer le gardien. Pas moi. Je ne veux pas les voir. Surtout pas elle. Jamais.

     

     

     

    Je ne veux pas bouger. Je ne veux pas parler. De toute façon, depuis le temps que mes cordes vocales d'animatronic n'ont pas été utilisé, je ne sais même pas si je pourrais. Je reste simplement là, à rien faire, pourrissant au fil des jours. C'est sûr que là les enfants ne risquent pas de me trouver mignonne. Je leur ferais peur avec les deux points rouges qui me servent d'yeux. Jamais plus un enfant ne me racontera ses histoires abracadabrantes. Jamais plus je ne les verrai sourire en nous regarder faire un spectacle. Jamais plus je ne verrai de violet sur un dessin. Je suis bonne à la casse, aux oubliettes.

     

     

    Bon sang ! Je suis encore en train de me lamenter sur mon sort ! Tu ne sais donc faire que ça, Bonnie ?! Je sursaute soudainement. Quelqu'un vient d'entrer.

     

    «Bonnie ? C'est Freddy.» Elle avance vers moi. Je ne réagis pas. L'ancienne animatronic vedette s'assoit à mes côtés. «Ca va ?» Aucune réponse. Je fixe le vide. Elle soupire. «Tu sais, Bonn', faut que t'arrêtes de rester immobile comme ça. Les gérants vont finir par te jeter à la casse-

     

    -Et alors ? » J'ai du mal à prononcer ces deux mots, parlant pour la première fois depuis des semaines. Ma voix est rouillée, limite flippante. Freddy sursaute légèrement en m'entendant parler et me regarde, analysant ce que je viens de dire.

     

    «Tu te fiche qu'ils te jettent, Bonn' ? » De nouveau, je redeviens muette. Freddy se lève et se plante devant moi en m'appelant. Je n'ai pas envie de répondre. Freddy reprend :

     

    «Bonnie, j'en ai marre ! Marre de te voir pourrir dans cette pièce ! Il va falloir te bouger ! Ce n'est pas parce que nous sommes remplacés qu'il faut s'apitoyer sur son sort jusqu'à ce que l'on soit désactivés ! Alors tu vas te lever et me suivre hors de cette pièce. Main-MAINTENANT !»

     

    Freddy est furieuse. Elle a trop parlé et a eu du mal à dire son dernier mot. D'abord, je reste sans réactions. Je réfléchis aux les paroles de ma patronne. Puis je relève la tête vers elle et plante mes deux points rouges dans les yeux de son endosquelette. «Je...ne veux...pas les voir.» Freddy soupire à mes mots. «Ils ne sont pas tels que tu les imagines. Ce n'est pas leur faute.» Ayant dit ça, elle me laisse seule avec mes idées noires.

     

     


    21 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique